"De grands hommes", "des seigneurs", les Herbiers encensent le PSG

Il n'y a pas eu de miracle mardi soir au Stade de France où, une nouvelle fois, la magie de la Coupe a atteint ses limites lors de la finale.

A Saint-Denis, la finale de la 101e Coupe de France met aux prises Les Herbiers et le Paris Saint-Germain.

Et maintenant? Maintenant, le PSG va devoir très vite se tourner vers l'avenir.

Et, concernant la finale: "Certains nous prédisaient l'enfer, une défaite sur un score fleuve, alors on est heureux de leur avoir apporté un démenti sur le terrain". Le tout dans une vraie belle ambiance de Coupe, même si leurs homologues du PSG se sont entêtés à casser les "olas " qu'ils lançaient.


Pour le Petit Poucet, le miracle n'a pas eu lieu.

Paris remporte la Coupe de France pour la quatrième année de suite. Après 20 minutes, les Franciliens avaient déjà touché trois fois les poteaux par Giovani Lo Celso (à deux reprises) et Kylian Mbappé. C'est une équipe très compétitive. Nous, on a été dedans.

C'est devenu une figure obligée depuis l'épopée de Calais une paire de siècles en arrière. Ils souffrent et ils ont une défense difficile à battre. Peu importe, les joueurs de Vendée s'inclinent 2-0 mais n'ont rien à regretter et ont réalisé un parcours extraordinaire, eux qui ont besoin d'un seul point pour assurer le maintien en troisième division. En première mi-temps, on a marqué un but. Cette vérité de La Palisse n'avait échappé à personne au retour des vestiaires, mais il restait aux Herbiers à la mettre en pratique. Malheureusement, il ne peut que s'incliner à la 26' sur une frappe de Lo Celso (1-0). En fin de rencontre, les pensionnaires de national ont poussé pour inscrire un but historique mais se sont frottés à une défense parisienne et un Kevin Trapp impeccable. C'est ce qu'on fait sur le plan national. Une prouesse qui s'explique par le nombre impressionnant d'entreprises sur la commune.

Le Paris SG n'a pas pris à la légère cette finale face à une formation vendéenne, visiblement pas plus impressionnée que cela par l'enjeu.


Popular

CONNECT